Persona 5 steal my heart (avec mes sentiments au passage) !

Mesdames et Messieurs BONJOUR.

Avant de commencer, je tiens à préciser qu’il s’agit de mon avis. Et je ne suis pas du tout objectif. Alors la, si vous voulez un avis impartial sur le titre, passez votre chemin. Merci d’être passé. Sinon vous êtes le bienvenu.

Je ne croyais pas ça possible, mais si. Mass Effect a été détrôné. C’est définitif. Et vous l’avez devinez, Persona 5 se place Number One dans mes jeux les plus appréciés. Pourquoi ? Je vais vous le décrire (du moins je vais essayer). Je tiens à préciser que je fais ce retour SANS SPOIL. Car pour moi, Persona 5 est un must have, un must play comme dirait certains de mes compères et je ne veux pas vous gâcher les surprises. The Witcher 3 a réussi à m’arracher une larme à la fin du jeu. Persona 4 Golden a réussi à me faire pleurer à chaudes larmes pour la première fois. Je vous laisse imaginer pour celui-la… Spoiler : C’était pire…

Si vous ne vous souvenez plus de mon ressenti sur Persona 4 Golden, je vous le remet à disposition ici => clique sur le COIN.

J’ai tellement de choses à dire sur ce jeu que je ne sais pas par où commencer… Allez je reste classique, commençons par l’histoire. On incarne un jeune étudiant japonais en période de probation. Accusé à tort par un pourris de la première sorte de l’agression d’une femme, on est forcé de s’expatrié à Tokyo (Pas joyeux comme début de jeu, faut le dire). Lors de notre première arrivée à l’école, de mystérieux accidents, « mental breakdown« , provoquent la pagaille dans Tokyo. Suite à ça, une mystérieuse application apparaît sur le téléphone du protagoniste et avec, la possibilité d’entrer dans le « metaverse« . Sorte de monde surnaturel dont ne sais où (du moins au début du jeu). Ah tiens, j’ai oublié de préciser que le jeu ce passe en flashback constant. En faite on subit un interrogatoire qui nous force à nous rappeler tous les événements avant que… OULA STOP ! J’ai failli entrer dans la zone spoilers. Pardon.

Si vous ne savez pas ce qu’est Persona et surtout le fonctionnement du jeu, je vais essayer de résumer les principales mécaniques. Par contre, si vous avez lu mon article sur P4G, vous pouvez sauter ce paragraphe. Déjà je commence par ce qui peut fâcher certaines personnes : le jeu est entièrement en anglais. Enfin… Non pas celui là puisqu’il est possible d’avoir les voix japonaises mais avec un sous-titrage anglais. Mais si on cherche du français… Bah y’en a figurez vous ! Seulement des références mais comparé aux anciens épisodes, y’en a bien plus. Sinon dans les Persona, vous incarnez un jeune japonais toujours accompagnés de personnes devenus ces amis durant l’année scolaire. Tout ce beau monde a la capacité d’invoquer un « Persona », une entité mystique reflétant une part d’eux même. Le héro lui peut en invoquer plusieurs et il est le seul à pouvoir le faire. La particularité de la série est le fait d’alterner entre la vie réelle et les donjons. Dans cette vie réelle, on doit tout faire pour développer des liens sociaux avec d’autres personnages. C’est très important afin de pouvoir créer des Personas plus puissant. En plus de ça, on doit bien évidemment réussir notre année scolaire et augmenter des caractéristiques tel que la connaissance, le charisme ou encore le professionnalisme pour avancer dans le jeu. Vous l’aurez compris : c’est ultra important pour pas se faire littéralement roulé dessus dans les donjons !

Bon ce n’est pas tout mais niveau gameplay ? Il a pas mal changé par rapport à P4G, tout en gardant une base commune. Surtout lié au tour par tour je pense. En gros, vous avez toujours les attaques normales avec votre armes, les attaques physiques consommant vos PVs et les attaques magiques consommant vos PMs. Mais vous avez aussi les armes à feu maintenant ! Et ça c’est classe avant tout, mais aussi utlra pratique. Le chargeur est limité lorsque vous êtes dans le donjon et la seule manière de recharger est de partir de ce donjon. Cette nouveauté permet notamment de faire des « hold-up » sur les ennemis. Suite à ça, soit on les massacre avec un « All out attack« , soit on leur demande un item/de l’argent, soit on essaie de persuader  un ennemi de changer de camp. Avant il fallait passer par une phase de « shuffle time » pour récupérer un nouveau Persona. Plus dans Persona 5. Et franchement ça en jette. Mais avant de pouvoir faire un hold-up, comme pour les autres épisodes de la série, il faut obligatoirement taper dans la faiblesse de l’ennemi ou lui faire un coup critique. Autre nouveauté : l’apparition des attaques magiques Nucléaire et Psy donnant plus de possibilité dans les combats.

Et sinon, qu’est ce qu’on fait dans Persona 5 ? On change le monde. Enfin on essaie. Et pour cela, le héro devient le leader des Phantom Thieves, groupe de voleurs ayant un seul but : voler le cœur des gens mal intentionnés. Alors euh non ils n’arrachent pas le cœur de la personne visée hein… Non, on infiltre le Palace de la « victime » pour voler son trésor à travers le metaverse. En gros il s’agit de voler l’objet qui, dans le monde réel, symbolise tout ces désirs et pourquoi il a mal tourné. Et oui les Phantom Thieves n’attaquent que les personnes dont les désirs sont pervertis. Ils sont des Arsène Lupin surnaturel. Sa tombe bien pour un jeu ayant pour thématique les voleurs. Le but de chaque Palaces est de sécuriser la route vers le trésor. Une fois fait, dans le monde réel, une carte de visite est envoyé à la personne visée. Cela a pour objectif de matérialiser le trésor et de pouvoir le voler. Si tout ce passe bien, avant la fin du temps imparti, la personne va changer de comportement et s’excuser pour tout les torts qu’il a pu causer ! Il se libère de ses désirs, il n’est plus esclave d’eux et fait tout pour se faire pardonner. Et la vous avez le vrai thème de Persona 5 : l’être humain est esclave de ces désirs ou autre chose… Mais ça c’est à vous de le découvrir si vous faite le jeu JUSQU’AU BOUT !

 

Bien maintenant je peux enfin parler de ce que j’ai aimé dans ce jeu. On va faire simple : TOUT. Il n’y a pas un seul truc que je n’ai pas aimé. Commençons par ce que j’ai le plus aimé : la musique. J’ai rarement pris mon pied en écoutant un OST de JV. Depuis un mois j’écoute que ça. Et je ne m’en lasse pas ! Si vous n’avez pas encore écouter l’OST complète, je vous conseille de le faire de ce pas. Sinon tout dans ce jeu est un régal. Les personnages sont attachant et leur costumes sont géniaux. L’histoire est captivante. Les graphismes en cell shading collent parfaitement au jeu. La direction artistique est magnifique, les interfaces, les transitions… Bref tout est millimétré au détail près pour que l’ensemble soit d’une cohérence sans égale. Mes moments préférés sont lors des « awakening », de l’émergence du Persona d’un personnage. La musique, le comportement du personnage, l’apparition du Persona et du costume… Ça me donnait des frissons à chaque fois.

L’histoire je l’ai trouvé bien plus prenante que celle de P4G. Il y avait plus de suspens, de rebondissement. Surtout à la fin. J’ai encore obtenu la vrai fin du premier coup. Et elle vaut le coup. Et c’est au bout de 78h et 35 minutes que j’ai vu la dernière cinématique du jeu, et mes premières larmes. Comme pour P4G, je me suis investis à fond dans ce P5. Et finir le jeu m’a rendu triste… Je vais encore me répéter mais tout m’a plus dans cet épisode. Même au niveau des personnages, je ne trouve pas que l’un soit plus agaçant qu’un autre (pas comme Teddy dans P4G…). J’ai des préférences évidemment (Makoto en première ❤ ) mais pas à un point de faire un classement ou à utiliser plus certains personnages que d’autre en combat (on dit MERCI la dernière nouveauté de cet épisode : changer de personnage quand on veut, même en combat).

Bon et si je concluais ? Non parce que tel que vous me lisez la, je me suis retenu sur beaucoup de choses et l’article serait interminable. Fin 2016, après un retard de folie, Persona 4 Golden est arrivé dans mon Top 5 JV. Et bien son petit frère, Persona 5 se place au dessus de lui. Tout est mieux dans cet épisode. J’ai passé deux fois plus de temps presque à faire celui la en une seule run. Mais je sais que je vais faire une partie en NG+ pour essayer de dénicher ce que j’ai raté. Et je suis convaincu que je n’ai gratté que la surface de ce qu’il y avait à faire dans ce Persona. Franchement, en cette année 2017, si vous ne deviez faire qu’un seul jeu sur PS4, je vous recommande TRÈS FORTEMENT Persona 5. Limite c’est une obligation. Laissez les Phantom Thieves voler votre coeur (et vos sentiments au passage) comme moi !

COIN
Publicités

2 réflexions sur “Persona 5 steal my heart (avec mes sentiments au passage) !

  1. Cet homme dit la vérité ! 😀

    Même si tu livres un avis subjectif, pour avoir vu jouer ma moitié quelques heures je ne peux que confirmer et appuyer tout ce que tu dis 🙂

    J’ai hâte de terminer Zelda BOTW pour passer sur celui-ci !

    Je me tâte quand même à faire le 3 et/ou le 4 avant de me lancer dans l’aventure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s